GAPPA dans le Couac: Combattre la propagande à l’ère du numérique

AmiEs GAPPA!

Si vous êtes abonnéEs au Couac, excellent journal satirique de gauche, vous avez pu y voir un texte de GAPPA dans son dernier numéro! GAPPA vous retranscrit ici ce texte.

GAPPAcOUAC

Combattre la propagande à l’ère du numérique : l’exemple de G.A.P.P.A.

Par les membres du collectif G.A.P.P.A.

Fondé au début de l’été 2012, le Guet des Activités Paralogiques, Propagandistes et Anti-démocratique, mieux connu sous le nom de G.A.P.P.A., est un organe citoyen de surveillance des médias et des activités de relations publiques qui se donne pour mission de dévoiler les diverses stratégies sophistiques ou mensongères omniprésentes au sein de la rhétorique médiatique dominante. Actif sur les médias sociaux,  G.A.P.P.A. encourage le partage d’une information critique et indépendante, en prônant la diversité des tactiques dans l’accomplissement de cette tâche. Son mot d’ordre : «Surveiller, Diffuser, Combattre».
Surveiller

L’information est en bonne partie contrôlée par la minorité possédante qui détient, grâce à sa richesse, le quasi-monopole sur les moyens de diffusion médiatique, minorité possédante qui peut également se payer la meilleure expertise en « communication stratégique », afin de protéger ses intérêts. Mettre en forme et diffuser de l’information devient ainsi une activité marchande. Les militantEs de G.A.P.P.A. s’indignent devant les conséquences désastreuses d’une telle marchandisation de l’information, celle diffusée dans les médias de masse qui ne doit pas nuire aux intérêts des actionnaires et des annonceurs ou celle filtrée à travers une stratégie de communication achetée auprès d’une firme de relations publiques. Qu’il s’agisse de l’emploi de sophismes grossiers par les chroniqueurs, les éditorialistes et les politiciens ou de la suppression, souvent volontaire, de données pertinentes par les journalistes ou les agents de relations publiques, les militantEs de G.A.P.P.A. surveillent attentivement les différentes manifestations de la propagande médiatique et politique.

Diffuser

Si les moyens de produire et de diffuser l’information étaient jusqu’à tout récemment concentrés dans les mains de la minorité possédante, on ne peut plus dire que ce soit encore le cas aujourd’hui. En effet, pour reprendre les termes du juriste Larry Lessig, la culture de type «read only», caractérisée par l’enfermement du public dans son rôle de simple «consommateur» , tire à sa fin, sachant que nous assistons désormais à l’émergence d’une culture de type «read-write» où les citoyenNEs ont désormais accès à des moyens pour produire et diffuser du contenu numérique. Cette culture émergente du remix et du partage, autant dans le domaine des arts que de l’information, ouvre une brèche au sein du monopole médiatique, une brèche que la minorité possédante et ses collaborateurs aimeraient bien voir se refermer, en témoignent autant la guerre déclarée au partage (rebaptisé «piratage» dans la novlangue des défenseurs du statu quo) et du remix par les «professionnels» de la culture que celle contre les réseaux sociaux et les médias citoyens menée par les médias de masse et les «professionnels» de l’information. Cette guerre ouverte à l’«amateur» – celui qui refuse d’être un spectateur passif et qui veut participer non pas pour l’argent, mais par intérêt pour la participation en elle-même – est peut-être d’ailleurs le meilleur argument pour convaincre du caractère profondément anti-démocratique de la culture du «read only» ayant enrichi les industries médiatiques et culturelles au cours du siècle dernier.

Ainsi, si la professionnalisation et la marchandisation de l’information favorisent la propagande, G.A.P.P.A. croit que la dénonciation de cette dernière ne peut avoir lieu dans le cadre du paradigme marchand qui la conditionne. G.A.P.P.A. s’inscrit donc pleinement dans cette culture émergente du partage et du remix produite par des amatrices et des amateurs qui refusent tout autant le rôle de consommateurs passifs dans lequel on aimerait les maintenir que la «nécessité» imposée par la minorité possédante d’envisager sous un angle marchand la création et la diffusion de contenu intellectuel.  Voilà pourquoi les militantEs de G.A.P.P.A. s’approprient activement les nouveaux outils de production de matériel numérique et les plateformes de partage de contenu que sont les réseaux sociaux, les blogues et les sites d’hébergement de vidéos, avec pour seule motivation, non pas l’argent, mais leur soif de vérité et de justice.

Combattre

Il y a quelques semaines, une collaboration entre G.A.P.P.A. , le journaliste indépendant Moïse Marcoux-Chabot et 99% Média dévoilait au grand jour les efforts déployés par les responsables des relations publiques du SPVM pour masquer des informations troublantes sur les grenades assourdissantes, hautement controversées depuis le printemps 2012. Dans une vidéo sur la manifestation réprimée contre la brutalité policière mise en ligne par Marcoux-Chabot sur son propre site, un agent du SPVM responsable des relations publiques avoue avoir pris connaissance de l’action coordonnée de ces différents médias citoyens sur ladite grenade. Se refusant de commenter directement l’utilisation de la grenade, l’agent propagandiste questionne toutefois Marcoux-Chabot sur l’identité des «clients» de ces différents médias citoyens.

Cette question n’est pas surprenante de la part d’un salarié de la communication stratégique. Marchandant son expertise à manipuler l’information afin de cacher à la population des injustices commises par le SPVM, le relationniste ne comprend pas comment des personnes pourraient gratuitement, sans être soumises aux volontés d’un «client», choisir de s’impliquer par simple intérêt pour la vérité et la justice. Voilà pourquoi G.A.P.P.A. assume pleinement le caractère militant de sa démarche en rappelant aux «professionnelLEs» de l’information que les contraintes marchandes qui pèsent sur eux et elles sont sources de biais nuisant grandement à la qualité de la conversation démocratique, des biais que l’on se doit de combattre avec énergie.

***

*

GAPPA regrette l’intrusion mercantile de ces publicités qui apparaissent parfois en fin d’article, et remédiera très bientôt à la situation. Merci de votre répulsion.

*

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s