Le Conseil de Presse retient la plainte de GAPPA contre La Presse

AmiEs ‪#‎GAPPA‬, victoire!

Le Conseil de Presse du Québec retient la plainte déposée en janvier 2013 par des militantEs GAPPA au sujet d’une photo insidieuse accompagnant un article de La Presse concernant l’ASSÉ et le «Sommet» sur l’enseignement supérieur.

GAPPA rappelle que La Presse a contribué très activement à propager une certaine représentation médiatique de l’ASSÉ en reproduisant abondamment l’amalgame «manifestants-carrés-rouges-masqués-violence-ASSÉ», reprenant vaillamment le leitmotiv du gouvernement Charest, par exemple en soulignant presque systématiquement que l’ASSÉ était la plus radicale des associations étudiantes, ou encore en publiant ce genre de photos trompeuses. De telles décisions ne sont pas innocentes : elles contribuent à définir les limites à l’intérieur desquelles il est possible de penser le monde.

La Presse a maintenant «l’obligation morale» de publier cette décision du Conseil de Presse d’ici trente jours. GAPPA guettera cette publication avec impatience.

L’article est toujours en ligne, mais vous remarquerez que La Presse avait jugé bon de changer la photo suite à la réception des plaintes de militantEs GAPPA:
http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201301/27/01-4615575-lasse-menace-de-boycotter-le-sommet-sur-lenseignement.php

Quant au Conseil de Presse, qui mentionne que « lapresse.ca lie erronément cette association à la violence et induit ainsi le public en erreur », il oublie de mentionner que GAPPA s’inquiétait d’abord de la première association Masque=Violence qui a ensuite mené à l’association Masque=ASSÉ=Violence.
Car, le masque, c’est une chose. Et la violence en est une autre.
Il y a des manifestantEs masquéEs violentEs.
Des manifestantEs non-masqués violentEs.
Des manifestantEs masquéEs non-violentEs.
Des manifestantEs non-masquéEs non-violentEs.

La Presse fait erreur en associant l’ASSÉ au masque, d’autant plus qu’elle tend, comme d’autres, à associer ce dernier à la violence. C’est ce glissement pernicieux du signifiant que GAPPA dénonce. Les logicienNEs remarqueront d’ailleurs que nous avons là une sorte de syllogisme :
1) Les manifestantEs masquéEs sont violentEs ;
2) Les militanEs de l’ASSÉ sont masqués ;
3) Donc, les militantEs de l’ASSÉ sont violentEs.
Cependant, les deux premières prémisses du raisonnement sont, au mieux, des généralisations hâtives.

Vous croyez qu’un article ne respecte pas les Droits et responsabilités de la presse?
Vous pouvez déposer votre plainte en ligne au Conseil de Presse juste ici: http://conseildepresse.qc.ca/porter-plainte/processus-de-plainte/

Surveiller
Diffuser
Combattre.

ConseildePresse3

* * *

La correspondance entre La Presse, le Conseil de Presse et les militantEs GAPPA se trouve ici:
https://gappasquad.wordpress.com/2013/04/13/gappa-replique-a-la-replique-de-la-presse-et-attend-le-jugement-du-conseil-de-presse/

Voici la décision: http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d2013-01-075/

D2013-01-075

 
4 octobre 2013

Plaignant

Mme Geneviève Côté et M. Paul Dumais

Représentant du mis en cause

M. Mario Girard, directeur de l’information et le site Internet lapresse.ca

Résumé de la plainte

Mme Geneviève Côté et M. Paul Dumais, ainsi que dix citoyens en appui, déposent une plainte le 28 janvier 2013 pour dénoncer la publication d’une photo juxtaposée à l’article « L’ASSÉ menace de boycotter le Sommet sur l’enseignement », publiée sur le site Internet lapresse.ca, le 27 janvier 2012. Les plaignants jugent qu’en juxtaposant une photographie d’un manifestant masqué à un article sur l’ASSÉ (Association pour une solidarité syndicale étudiante), lapresse.ca lie directement cette association à la violence et induit ainsi le public en erreur sur les positions qu’elle soutient.

Analyse

Grief 1 : publication de photographie tendancieuse

Selon les plaignants, en illustrant un article sur l’ASSÉ d’une photographie d’un manifestant masqué, lapresse.ca lie erronément cette association à la violence et induit ainsi le public en erreur sur les positions que l’ASSÉ soutient.

De l’avis de Me Patrick Bourbeau, représentant lapresse.ca, « la photographie se voulait une illustration de ce qui est devenu l’un des symboles les plus souvent associés à l’ASSÉ (alors, la « CLASSE ») dans l’esprit du public, au cours de ce qu’il est désormais convenu d’appeler le « Printemps érable », soit le « manifestant masqué ». De plus, Me Bourbeau ajoute que lapresse.ca « reconnaît d’emblée que l’image du manifestant masqué ne représente en rien l’ensemble des membres de l’ASSÉ, mais il est incontestable qu’elle en constitue néanmoins l’une des images marquantes associées à celle-ci et a fortiori, qu’elle véhicule le fait que l’ASSÉ est la frange la plus radicale du mouvement de contestation étudiant ».

Dans l’utilisation de supports visuels, le guide, les Droits et responsabilités de la presse, rappelle que : « Ils [les médias] doivent faire preuve de circonspection afin de ne pas juxtaposer illustrations et événements qui n’ont pas de lien direct entre eux et qui risquent ainsi de créer de la confusion sur le véritable sens de l’information transmise. » (DERP, p. 30)

Le Conseil rappelle que tout en jouissant d’une grande liberté dans le choix des photos, les médias doivent veiller à ne pas leur donner une signification qu’elles n’ont pas ou laisser planer des malentendus qui risquent d’induire le public en erreur. Le Conseil considère qu’un média doit bien évaluer l’impact possible de la publication d’une photo. Dans les circonstances, le Conseil constate que le mis en cause reconnaît lui-même que « l’image du manifestant masqué ne représente en rien l’ensemble des membres de l’ASSE ». Le Conseil juge donc que la publication de cette photo était tendancieuse, dans la mesure où elle associait injustement l’ASSE à la commission d’actes de violence.

Compte tenu de l’importance de la faute, le Conseil retient le grief pour publication de photo tendancieuse malgré le retrait ultérieur de la photo dénoncée.

Le grief pour publication de photographie tendancieuse est retenu.

Décision

Au vu de ce qui précède, le Conseil de presse du Québec retient la plainte de Mme Geneviève Côté et M. Paul Dumais contre lapresse.ca pour publication de photographie tendancieuse.

Le Conseil de presse du Québec rappelle que : « Lorsqu’une plainte est retenue, l’entreprise de presse visée par la décision a l’obligation morale de la publier ou de la diffuser. Les entreprises de presse membre s’engagent pour leur part à respecter cette obligation, et à faire parvenir au secrétariat du Conseil une preuve de cette diffusion au maximum 30 jours suivant la date de la décision. » (Règlement No 3, article 8. 2)

Analyse de la décision

  • C17G Atteinte à l’image

  • C18B Généralisation/insistance indue

Victoire_1Victoire_2

***

http://www.lapresse.ca/arts/medias/201311/12/01-4710036-le-conseil-de-presse-blame-lapresseca.php

« Publié le 12 novembre 2013 à 23h35 | Mis à jour le 12 novembre 2013 à 23h35 |
Retiré le 13 novembre 2013 vers 12h35 | Republié le 13 novembre 2013 vers 15h00

Le Conseil de presse blâme Lapresse.ca

Le Conseil de presse a récemment fait savoir qu’il avait retenu une plainte de deux citoyens, appuyée par douze autres personnes, contre Lapresse.ca. Le litige concernait la photographie accompagnant un article paru le 27 janvier 2012 sur le site internet, intitulé L’ASSÉ menace de boycotter le Sommet sur l’enseignement.

Les plaignants jugeaient que la photo d’un manifestant masqué qui illustrait le texte liait directement l’association dont il était question dans l’article à une idée de violence. Ils estimaient donc que le public était induit en erreur sur les positions soutenues par ladite association.

Le Conseil de presse a donné raison aux plaignants, soulignant qu’il «juge que la publication de cette photo était tendancieuse». Ce grief a été retenu «malgré le retrait ultérieur de la photo dénoncée»

***

*

GAPPA regrette l’intrusion mercantile de ces publicités qui apparaissent parfois en fin d’article, et remédiera très bientôt à la situation. Merci de votre répulsion.

*

Advertisements

3 réflexions sur “Le Conseil de Presse retient la plainte de GAPPA contre La Presse

    • Merci! Mais comme vous voyez, tout le monde peut porter plainte au Conseil de Presse… suffit d’avoir de bonnes raisons bien argumentées, et, comme le disait quelqu’un sur facebook:

      « La Presse a maintenant le devoir moral de reconnaître publiquement qu’elle a été malhonnête et manipulatrice.

      En espérant que cette victoire de la pensée critique sur la propagande incitera davantage les citoyenNEs à se plaindre auprès du Conseil de presse à chaque illustration de médiocrité médiatique. »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s