GAPPA réplique aux accusations de Scott McKay

M. Scott McKay,

Vendredi le 6 décembre dernier, suite à la publication de la vidéo de GAPPA – le Guet des activités propagandistes, paralogiques et anti-démocratiques – intitulée L’inversion, vous avez reçu plusieurs commentaires de citoyenNes indignéEs face à l’attitude que vous et Luc Trudel, le député péquiste de Saint-Maurice, avez eu à l’endroit d’Olivier Huard, porte-parole de la Coalition Vigilance Oléoducs (CoVO), lors de son passage devant la Commission parlementaire portant sur «l’acceptabilité» du projet d’inversion et d’augmentation du flux du pipeline 9b de la compagnie albertaine Enbridge.

Bombardé de questions et de critiques à propos de votre prestation sur Twitter, vous avez écrit: «Montage aussi biaisé que le candidat QS qui se fait dicter ses lignes directement par Amir, maître de la manipulation». Trois procès d’intention sont faits dans ce seul tweet.
1) Vous accusez GAPPA d’avoir produit un montage biaisé, biais que vous assimilez à de la manipulation.
2) Vous accusez la CoVO d’être une organisation partisane en vous limitant à souligner le lien de son porte-parole avec Québec solidaire, tout en occultant totalement les préoccupations de ses membres.
3) Vous accusez Amir Khadir d’être un maître de la manipulation.

Chacune de ces accusations mériterait une réplique. GAPPA croit que le député de Mercier est amplement outillé pour se défendre par lui-même face à cette attaque ad hominem puérile, mais considère toutefois nécessaire de répliquer aux deux autres accusations. GAPPA se limitera pour le moment à démontrer le ridicule de l’accusation d’avoir produit un montage biaisé. Toutefois, une vidéo dans laquelle des membres de la CoVO répondent aux accusations que vous leur portez – et, surtout, ont l’occasion de s’exprimer, ce qui ne fut pas le cas lors de votre commission bidon – sera publiée par GAPPA cette semaine. Ainsi, M. McKay, voyez cette première réplique écrite comme un hors-d’oeuvre pour la suite.

GAPPA s’interroge sur le sens que vous donnez au mot «biaisé» lorsque vous l’employez pour qualifier son montage de la séance de la commission où témoignait le porte-parole de la CoVO. Par essence, un montage est un assemblage de plans distincts organisés entre eux en séquences, il implique donc nécessairement, une sélection, un choix, parmi toutes les images recueillies de l’événement qu’il cherche à représenter. Ainsi, dans la mesure où ce type de choix mène à ce que ce ne soit jamais la réalité en elle-même qui se retrouve dans le montage, mais une représentation de celle-ci, tous les montages sont en un certain sens «biaisés». Qualifier un montage de «biaisé» ne serait ainsi qu’une ridicule pétition de principe.

Or, il va de soi qu’en associant le montage «biaisé» de GAPPA aux supposés talents de «maître de la manipulation» d’Amir Khadir, vous donnez, M. McKay, un sens beaucoup plus substantiel au mot «biais»: vous accusez carrément GAPPA de déformer frauduleusement la réalité. Évidemment, ce genre d’accusation n’est pas vraiment difficile à lancer quand on se réfugie derrière la limitation du nombre de caractères qu’impose Twitter. Elle n’en demeure pourtant pas moins injustifiée tant qu’elle ne s’accompagne pas d’une démonstration rigoureuse de ce qui est biaisé dans le montage par rapport à la réalité qu’il cherche à représenter. Mais, tout comme vous n’avez pas cru bon faire la démonstration concrète de la partisanerie présumée de la CoVO, vous n’avez pas cru bon expliquer en quoi le montage de GAPPA déformerait malhonnêtement la vérité. GAPPA y voit une autre preuve du mépris pour la raison et la vérité manifesté par l’oligarchie parlementaire à laquelle vous appartenez.

Afin de vous faciliter la tâche, GAPPA a fait pour vous le travail (voir ci-bas) en rapportant systématiquement tous les éléments exclus du montage et tous les choix faits pour représenter cet événement hautement symbolique que fut la séance de «questions» de la partie gouvernementale à l’endroit du porte-parole de la CoVO. L’extrait décortiqué commence à la première intervention de la partie gouvernementale (celle de Luc Trudel) et se termine à la fin de sa dernière intervention (votre dernier commentaire, M. McKay). Les éléments ayant été exclus du montage sont, question de ne pas trop ébranler vos repères, d’un beau bleu péquiste.

Vous ayant fourni tous ces éléments gratuitement, M.McKay, GAPPA s’attend désormais à ce que vous preniez davantage le temps d’expliquer, données empiriques à l’appui, en quoi vous considérez son montage comme «biaisé», au sens de «manipulateur» et «frauduleux». Faute de pouvoir fournir une telle preuve, GAPPA exige que vous vous excusiez publiquement à son endroit pour cette accusation de «montage biaisé» sans fondement. Pour être très honnête avec vous, GAPPA ne se fait pas beaucoup d’attentes à votre endroit: vous avez amplement démontré à quel point la rigueur intellectuelle est le dernier de vos soucis. Vous êtes la preuve qu’il ne faut pas laisser le pouvoir à ceux et celles qui le veulent vraiment (au point de changer de parti politique et de devenir le défenseur de l’industrie pétrolière albertaine). Ce sont clairement les pires.

Sur ce, nous vous invitons à continuer de surveiller GAPPA qui publiera cette semaine une réplique vidéo de la CoVO face aux accusations injustifiées que vous lui adressez.

Les membres du collectif GAPPA

***

Vers 2:10 de la vidéo, GAPPA présente la première «question» de M. Trudel:

«J’ai une petite question tout d’abord, au préalable, là, m’adresser aux témoins. Tout au long des audiences, depuis le début, les gens qui étaient venus témoigner avaient fait part de leurs liens avec certaines parties soit autour de la table, d’autres témoins ou d’autres groupes qui étaient venus témoigner. J’ai quelques questions à vous poser au préalable, donc. Avez-vous des connaissances, des liens avec qui que ce soit autour de la table, ici, ce soir?»

Vers 2:56, GAPPA montre la réponse d’Olivier Huard, porte-parole de la CoVO:

«Bien, moi, en fait, je représente la COVO ici. Si vous avez un problème avec le fait d’avoir un rôle à jouer, je trouve ça difficile parce que, vous-même, vous avez un rôle à jouer en ce moment. Moi, j’ai des implications politiques, j’ai des implications sociales. Je suis avant tout un citoyen qui est concerné par l’environnement et je prends tous les moyens possibles pour faire valoir mes positions. Donc, je fais partie de partis politiques, je fais partie de groupes et je fais… je suis un des cofondateurs de la COVO

Vers 3:10, LucTrudel revient à la charge:

« Deux… Bien, je vais vous dire, Mme la Présidente, qu’à part le fait que ça soit adressé à moi directement, ça, pour moi, c’est secondaire, mais le… c’est que ce n’était pas du tout la question, là. Je n’ai posé qu’une question bien simple : j’ai demandé s’il avait des liens quelconques,puis je lui demanderais, tu sais, juste pour une question d’éthique, de morale, comme d’autres ont été appelés à le faire, entre autres, par le député de Mercier, de dévoiler certaines accointances avec des gens ici. Moi, j’ai peut-être la réponse, mais j’aimerais ça qu’il ait au moins l’honnêteté de dévoiler le fait qu’il pourrait y avoir les liens.»

Vers 3:40, GAPPA présente la réponse d’Olivier Huard à la seconde intervention de M. Trudel:

«Bien, je trouve plate que les gens trouvent que je ne suis pas honnête. En fait, je fais… Moi, j’ai dit que j’étais un citoyen qui a des valeurs écologistes et je prends tous les moyens pour les faire avancer. Donc, le parti, puisque c’est la question que vous proposez, parce que ça a été proposé justement par… excusez, je vais parler à vous — parce que ça vous a été soufflé à l’oreille, le parti qui représente mieux mes convictions, c’est Québec solidaire. Les groupes qui représentent mieux mes convictions, c’est Greenpeace et la Fondation Rivières.»

Et il ajoute: «Si vous voulez, aussi, je suis animateur scout aussi.», après que la Présidente lui ait dit:    «Parfait. Merci beaucoup».

Vers 4:50, on retrouve effectivement un choix de réorganisation de la séquence chronologique dans le montage proposé par GAPPA. GAPPA a en effet choisi d’insérer à ce moment une partie d’une réponse qu’Olivier Huard donnera plus tard à une autre question que vous lui avez vous-même posé (à 5:35 dans la vidéo):

«Pour préciser, je n’ai pas beaucoup aimé la référence à mon appartenance politique, parce que je trouve que ça dilue mon propos. Moi, je représente des gens ici et je n’aime pas qu’on diminue le débat à ma seule personne. […]»

Le reste de sa réponse a toutefois été intégrée au montage (à 5:55).

C’est vers 5:35 que vous entrez en scène, M. McKay. GAPPA a effectivement exclu de la vidéo un passage de la commission précédant votre première citation incluse dans son montage «biaisé». Voici l’intégralité de ce passage omis:

«M. McKay:  Oui. Bien, je vais poser une petite question à notre invité,puisqu’on se connaît un peu. C’est un citoyen de ma circonscription, de pas loin, qui… J’ai eu le plaisir de l’avoir comme adversaire de Québec solidaire à quelques reprises, et c’est certainement un gentleman. Je trouve ça un peu dommage qu’effectivement qu’il… je pense que ça transparaissait déjà un petit peu… Enfin, vous avez mentionné…

La Présidente (Mme Bouillé) : M. le député de Repentigny, vous vous adressez à moi.

(Il est intéressant ici de constater que ne vous vous adressez pas à la Présidente. Pour vous paraphraser, faudrait vous «expliquer comment ça fonctionne»…)

M. McKay : Oui. Alors, M. Huard a mentionné qu’il avait… il déplorait le fait qu’il y aurait eu une… en tout cas, il reprenait un peu les termes du député de Mercier, là, qui disait qu’il y aurait eu de la manipulation de la part du secrétariat de la commission sur les listes de témoins. Alors, le député de Mercier aurait pu lui expliquer comment sont dressées ces listes-là.

Mais je voudrais savoir, avant la…

Une voix : …

La Présidente (Mme Bouillé) : Une question de règlement, M. le député de Mercier?

M. McKay : Oui, mais je voudrais poser une…

La Présidente (Mme Bouillé) : Un instant. Est-ce que c’est une question de règlement?

M. Khadir : Oui. Mes collègues n’ont pas le droit de m’imputer des motifs et surtout de rapporter sans fondement des propos que je n’ai jamais tenus sur le secrétariat de l’Assemblée.

La Présidente (Mme Bouillé) : On n’impute pas de motifs. Je veux juste souligner que ce sont les bureaux des leaders qui décident qui témoigne ou ne témoigne pas. Continuez, M. le député de Repentigny.

M. McKay : Exactement. Donc, la liste est établie par les bureaux des leaders parlementaires…

La Présidente (Mme Bouillé) : …tous les partis.

M. McKay : …et donc sur consensus des groupes. Et je voudrais savoir: Est-ce qu’il est exact qu’avant la publication de l’article du Devoir la semaine dernière, que vous n’aviez jamais fait de demande auprès de la commission, vous n’aviez jamais formulé de demande auprès de la commission pour être entendus sur ce sujet-ci?»

Que dire de ce qui a été omis du montage en excluant ce passage, si ce n’est que vous vous limitez encore ici à réduire la CoVo aux liens que son porte-parole a, en parallèle, avec Québec solidaire? Sinon, GAPPA regrette presque de ne pas avoir inclus dans son montage cette affirmation de la Présidente selon laquelle la liste des témoins est prédéterminée par l’Assemblée nationale. Celle-ci est en effet la confirmation du caractère non-fondé de la question que vous vous apprêtez à poser, qui laisse entendre qu’il y aurait une procédure de demande pour témoigner en commission. On pourrait même avancer que cette omission est un choix «biaisé» en votre faveur puisqu’il vous a protégé d’une accusation supplémentaire, celle d’être incapable de respecter le principe de non-contradiction. Par rapport à cette omission, vous devriez remercier GAPPA pour son «montage biaisé».

Vers 5:55, GAPPA a intégré la seconde partie de la réponse d’Oliver Huard dont la première partie avait été placée à 4:50. Aucune coupure n’a été faite dans le montage de cette deuxième partie de réponse. À la fin de la réponse d’Olivier Huard, la Présidente de la commission affirme encore sans équivoque que la CoVO n’avait aucune possibilité de s’inscrire à la liste des groupes invités à témoignés, cette liste étant établie par l’oligarchie parlementaire, une autre citation contredisant votre première question, M. McKay:

« Je veux juste spécifier que c’est une consultation particulière sur des listes déjà établies par l’Assemblée nationale. M. le député de Repentigny.»

GAPPA a en effet par la suite omis de longs passages de votre dernière intervention en se limitant à deux affirmations d’une longue intervention, où on ne peut pas dire que vous brillez par votre éloquence et votre clarté. Mais, de ce qu’on déchiffre de votre syntaxe laborieuse, c’est qu’encore une fois, vous n’abordez aucune des préoccupations exprimées par la CoVO, vous vous contentez de dire que, puisque son porte-parole est membre de Québec solidaire, la CoVO cherche à faire une intervention partisane à la commission. Vous accusez la CoVO d’affaiblir votre position devant le gouvernement fédéral en nuisant au «consensus» dont la commission doit accoucher (ce qui démontre bien la définition que vous faites d’un «débat»: celui-ci doit exclure toute position divergente pouvant nuire au consensus).

Mais le plus ridicule, c’est que, tandis que vos accusations de partisanerie à l’endroit de M. Huard reposent exclusivement sur un procès d’intention, vous offrez pour votre part plusieurs affirmations et comportements empiriquement observables qu’on peut interpréter – avec beaucoup moins d’ambiguïté que dans le cas de M. Huard – comme l’illustration de la volonté des députés péquistes de politiser de façon partisane le passage du seul groupe citoyen devant la commission. Jugez-en par vous-mêmes et démontrez nous, citations concrètes à l’appui, que ce n’est pas vous, mais M. Huard qui se prononce de façon partisane:

M. McKay : Oui, bien, on pourrait expliquer à M. Huard comment ça fonctionne, mais… Enfin, le fait est qu’il reconnaît qu’il n’avait pas fait de demande, et qu’à partir du moment où il y a des gens qui se sont désistés… Parce que c’est comme ça que ça marche, ça fonctionne, sur toutes les commissions, que, lorsqu’il y a des désistements, bien, à ce moment-là, les gens qui ont fait des demandes et qui n’ont pas pu être entendus, bien, ces gens-là naturellement sont contactés par le personnel de la commission, puis sur recommandation des leaders des groupes parlementaires. Et votre député aurait pu vous l’expliquer très simplement, ce qui aurait évité de faire des interventions politiques dans un débat où vous souhaitez… et je vous encourage, j’encourage M. Huard à aller dans ce sens-là, Mme la Présidente, je l’encourage, lorsqu’il représente des comités de citoyens, ce qui est excellent et très bien, de s’assurer qu’il le fasse d’une façon non partisane, parce que c’est probablement la meilleure façon de faire… — mais c’est à lui de le juger, puis c’est à ces comités-là de le juger — mais de… la meilleure façon de faire valoir son point de vue auprès de l’ensemble des groupes parlementaires. Parce que c’est de ça dont il s’agit lors de ce mandat en particulier de la commission, c’est d’essayer d’établir, là, un consensus le plus large possible, et c’est ce qui va faire en sorte qu’on pourra le mieux faire valoir les intérêts des citoyens et des citoyennes du Québec. Alors que, si on en fait un débat partisan, bien, on va avoir beaucoup de… je pense que notre position serait affaiblie devant le gouvernement fédéral. Alors, ayant précisé cela, je n’aurais pas d’autres questions.

***

Tournage de la réplique avec les membres de la CoVO

2013-12-07_20h30

2013-12-07_21h31a

https://www.facebook.com/CoalitionVigilanceOleoduc

***


L’inversion: http://youtu.be/NSrL4AouP68

***

Si vous le souhaitez, vous pouvez également écouter la vidéo intégrale du passage d’Olivier Huard en commission parlementaire. Vous pourrez y vérifier par vous-mêmes le même mépris péquiste que GAPPA a mis de l’avant dans sa plus récente vidéo.


Le passage de la COVO à la commission parlementaire sur l’inversion du pipeline: http://youtu.be/6dJqfio0syo

***


Scott McKay réplique à Scott McKay: http://youtu.be/qMsX9MHgjnM

Scott McKay réplique à Scott McKay réplique à Scott McKay: http://youtu.be/5EezV1p0lOo

La réplique [bande-annonce]: http://youtu.be/5PTyNPrmOsI


Les masques sont tombés (la réplique): http://youtu.be/wCKkehM6Orc

***


GAPPA – Un déversement d’Enbridge à Terrebonne 2.0 : http://youtu.be/P4F6FXAXL9Y

***

gappa.squad@gmail.com / escouade.gappa@gmail.com
si vous souhaitez communiquer avec nous par e-mail sécurisé: gappa.squad@riseup.net
(voir https://help.riseup.net/en/email pour plus de détails)

*

GAPPA regrette l’intrusion mercantile de ces publicités qui apparaissent parfois en fin d’article, et remédiera très bientôt à la situation. Merci de votre répulsion.

*

Advertisements

5 réflexions sur “GAPPA réplique aux accusations de Scott McKay

  1. Je suis membre de QS et je vous appuie contre ce projet, mais néanmoins je trouve que le vidéo «La réplique – L’inversion», avec sa petite musique triste, nous éloigne du sujet et joue beaucoup trop à la victime. Ce n’est pas grave du tout qu’un député souhaite mettre en lumière que le porte-parole est un membre actif de QS: c’est d’intérêt public et tout à fait légitime que les gens le sachent. Les gens s’intéressent à ce type de fait et veulent le savoir. Je n’apprécie pas du tout ce jeu de la victime alors que c’est un simple fait: parler plutôt de l’enjeu et des gens qui seront affectés par ce projet. Je suggère un retour au sujet au lieu de cette guéguerre avec McKay. Laissez les citoyen-nes juger si votre affiliation avec QS réduit ou non la portée du message et concentrez-vous sur la cause.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s