Des Municipalités Démunies | L’autonomie

Bienvenue dans le désert politique de la Côte-de-Gaspé! Vous entendez ces rires gras qui “montent” des chaumières? Ces gloussements de fonds de ruelle? La logique même de notre langue n’y manque pas: les rires “descendent” rarement des sphères de la haute jusqu’au plancher d’asphalte. C’est l’armée, la police, les agents de sécurité, mercenaires et espions en tous genres qui en connaissent encore le chemin. Le rire est l’arme des pauvres, des excluEs, des pas-de-chance et des moins-que-rien. N’allez donc pas vous priver! GAPPA vous présente ici le trio comique le plus invraisemblable de l’heure! Rencontrez la préfète Délisca et ses serviles adjoints (Marc et Dan), respectivement maires de Murdochville, de Cloridome et de Gaspé.

22904686_10155856113818669_211349192045902997_o

Mais ne vous y méprenez pas! Cette Côte-de-Gaspé et la municipalité de Murdochville sont ici des théâtres de marionnettes aux leçons bien plus instructives encore que les films éducatifs de Coronet. Le capitalisme et ses libéraux défenseurs les plus “neufs” portent toutes et tous les mêmes marques, mangent à la même table et répondent des mêmes ordres stéréotypés sur des courbes normalement louches, séquencés par d’artificielles intelligences en amont des flux qu’ils détournent, stockent et nous revendent, chorégraphiés par d’absurdes agitateurs de fanions. Chaque sortie d’autoroute abrite son Couche-Tard et son Tim, parfois dans la même bâtisse; de Sherbrooke à Gaspé et de La Malbaie à Saguenay, les grenailles et les miettes tombent équitablement de leurs banquets. Et le monopole de la violence s’exerce de manière justifiée sur le continuum forcé que délivre cette ”nationale” école de police pour-les-unifier-toutes.

 

Ces municipalités démunies, ce sont les nôtres: elles nous renvoient la grimace des pouvoirs qui nous échappent le plus directement. À un ou deux jets de pierres, elles peinent cependant à dissimuler complètement toutes leurs petites lâchetés et leurs connivences. Leur impuissance n’est pas accidentelle, mais désirée, organisée et savamment entreprise, puisque c’est la nôtre. Il suffit bien souvent de se saisir des pouvoirs qu’elles nous tendent machinalement pour prendre la mesure de l’abyssal vide, dévoreur de montagnes et ouvreur des sols, dont elles ont la charge, qu’elles doivent à la fois contenir et nous en divertir. Depuis plusieurs années, GAPPA documente de près ces petits théâtres “démocratiques” dont les marionnettes, plus ou moins privilégiées en coulisses, finissent par oublier que leur désarticulation elle-même est feinte, que les fils auxquels elles s’accrochent et pendouillent font aussi partie du décor, ces petits pantins allant même jusqu’à refuser de voir que leur corps s’anime encore d’une vie qui leur est propre.

Alors riez, oui, mais de grâce! Riez jaune! Riez même orange, “orange Pétrolia”. Et propager ce contagieux rire sans réserve.

Parce qu’une société qui se moque n’est jamais définitivement conquise.

Parce que le rire peut parfois courber les espaces-temps sociaux pour y sceller des sorts.
Parce que c’est en ce moment la frénésie électorale sur les chemins, l’heure de leurs pointages finaux, de l’impression de leurs bulletins et de l’origami des urnes.

Enfin et surtout, parce que notre respect ne s’achète pas.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s