«La Meute» vue de l’intérieur

AmiEs #GAPPA! Les individus derrière cette enquête cherchaient un lieu où publier leur article anonymement: GAPPA s’est fait un plaisir de le reproduire ici. Un aperçu de l’intérieur de «La Meute» où se côtoient propos racistes, sexistes, colonialistes et ultra-nationalistes.

Corvus image la meuteQui est «La Meute»?
C’est en septembre 2015 que le groupe Facebook est fondé par un militaire revenu d’Afghanistan, un homme se faisant appeler Éric Corvus. «La Meute» y comptait 10 000 «loups» à la fin décembre, et une sortie médiatique organisée par le groupe a attiré environ 4000 nouveaux meBLURTatoombres dans les deux semaines suivantes. Ils seraient près de 20 000 à ce jour. Pour s’y joindre, pas la peine de chercher le groupe sur Facebook, il s’agit d’un groupe secret et il faut être référé par un membre. Une personne, qui était déjà dans le groupe depuis un moment, a contacté l’auteur de ce texte afin de présenter «La Meute» vue de l’intérieur et de partager ses constats troublants, photos à l’appui. Pour des raisons de sécurité évidentes, nous devons cacher son identité.
Pourquoi aller sur ce groupe? Manifestement, plusieurs personnes s’y retrouvent parce qu’elles partagent des préjugés sur l’islam et s’inquiètent de ce qu’elles voient dans l’actualité. Par contre, il y a également sur cette page plusieurs personnes qui instrumentalisent ces peurs au service d’un objectif politique et quasi-territorial: on y parle régulièrement, en effet, de ne pas accepter l’islam au sein de « nos » terres. Il y a pourtant une différence entre avoir peur de ce que l’on ne connaît pas ainsi que des attentats commis par une minorité d’individus appartenant à une confession religieuse quelconque et le rejet pur et dur de tout ce qui tourne autour de cette religion (incluant les individus qui la pratiquent).

LaMeuteFlow4

Structure organisationnelle de «La Meute»

L’entrée au sein du groupe
D’abord, il faut noter la présence de plusieurs militaires et ex-militaires de la base de Valcartier parmi les administrateurs du groupe «La Meute». D’autres individus semblent être très proches d’eux (conjointes, par exemple). Pour être accepté dans le groupe, il faut montrer patte blanche. BLURCellule geekEn effet, les «islamo-gauchistes» (c’est-à-dire quiconque ne pense pas comme les membres du groupe) ne sont pas les bienvenus et un des administrateurs vérifie le profil de toute personne se joignant au groupe après avoir été référée par un membre qui a déjà passé le test. Par la suite, il y a une surveillance de près qui se fait. En effet, dès que le nom d’un individu, associé de près ou de loin aux groupes anti-fascistes est repéré par des individus membres du groupe, il est aussitôt dénoncé et éjecté de la page.
Il n’est pas rare que des membres mettent en garde leurs confrères et consœurs sur ce qui pourrait être une infiltration des islamistes (donnant des trucs pour vérifier la véracité d’un profil Facebook, par exemple). L’atmosphère en est une de paranoïa, où chacun se surveille, craignant d’être à la vue d’un islamo-gauchiste et victime des représailles qui s’ensuivraient assurément, selon les membres du groupe. Les administrateurs de la page avertissent régulièrement les membres de surveiller leurs écrits, car les autorités les surveilleraient (SCRS, GRC, etc.). Ainsi, on entre dans un monde où tout le monde se surveille l’un l’autre. Le groupe a également constitué une cellule informatique qui a pour but de faire du contre-espionnage.

Le grand complot
Cette atmosphère de méfiance va de pair avec de nombreuses publications de divers individus faisant partie du groupe, qui expliquent que les autorités canadiennes et québécoises sont en mission d’instaurer la charia. Ainsi, du côté fédéral, Justin Trudeau est accusé d’être à genoux devant le pétrole (et donc la charia qui en serait nécessairement son prolongement), ou d’avoir fait des alliances secrètes avec les Frères musulmans pour mettre en danger le pays. Les théories du complot vont jusqu’à remettre en question l’autorité de l’État américain et soupçonner celui-ci d’avoir volontairement désarmé les habitants pour qu’ils ne puissent se défendre contre «l’invasion musulmane». Au Québec, Couillard, ayant eu des liens avec l’Arabie Saoudite dans le passé, est personnellement mis en cause (ou son entourage) dans une quelconque alliance pour l’instauration de la charia.
Il faut ajouter qu’il se retrouve sur la page bon nombre de discours dans les publications ou les commentaires qui traitent d’une Charte de la laïcité, d’un multiculturalisme canadien qui dérange, etc. Bref, il y a par moments cette impression de relire des arguments du temps du débat houleux autour de la Charte des valeurs, défendue par le PQ il y a deux ans, repris dans un contexte complètement différent. Parallèlement, on retrouve aussi des commentaires d’individus qui critiquent l’austérité ou les conséquences des coupures budgétaires des dernières années, par exemple dans le domaine de la santé, et qui estiment que les réfugiés ou les immigrants sont avantagés par rapport à la situation générale des Québécois. Ce type de commentaires inquiète de par le fait qu’ils ouvrent la porte à une déresponsabilisation de l’État en regard des droits humains fondamentaux selon l’origine ethnique ou religieuse des individus (ce qui en soi est une forme d’Corvus complotapartheid) et va de pair avec une exclusion des musulmans au sein de la vie économique. À titre d’exemple, plusieurs ragent sur le fait que des musulmans pourraient avoir un poste au sein de la STM, à la Ville de Montréal. Ce type de rhétorique, très agressive, devrait nous faire réfléchir sur ceux qui alimentent une très grande intolérance à l’endroit des minorités. On sait que dans le passé, les Juifs d’Allemagne, par exemple, furent exclus du système économique, allant même jusqu’à perdre leur droit de travailler dans de nombreuses professions.
Nombre d’individus sur la page émettent divers commentaires en parlant de l’islam comme si les pratiquants modérés n’existaient pas. Il faut d’ailleurs mentionner que des individus du groupe ont soulevé la question de l’islam modéré, mais pour plusieurs personnes du groupe, cela n’existe pas. Enfin, pour d’autres, dont M. Corvus, le fondateur du groupe, les pratiquants modérés existent, mais ils ne font pas le poids devant l’islam radical, ou sont carrément des pions de celui-ci. Il y a malheureusement une généralisation de tous les croyants musulmans, qui en sont finalement réduits à de simples colporteurs d’un islam violent.

Des «experts» motivent les troupes
M. Laprès, un ex-conseiller du gouvernement canadien au Ministère des Affaires étrangères, qui propose plusieurs publications sur l’islam radical, ne précise jamais quelles sont ses études, son rôle du temps où il travaillait au Ministère des Affaires étrangères et s’il a réellement mis les pieds dans des pays musulmans. Il est donc impossible de vérifier s’il a réellement les connaissances qu’il dit avoir sur l’islam et encore plus, sur l’islam radical. Le plus inquiétant est de voir les administrateurs qui encouragent le public sur cette page à écouter les liens qu’il fabrique lui-même ou à lire les publications qu’il écrit, sans qu’on en sache plus sur lui. Irrité par le fait que des musulmans rappellent le violent passé colonialiste de la Nouvelle-France, Laprès va jusqu’à prétendre que les premiers colons français qui sont arrivés ici n’étaientBLURLes réserves votées pas des immigrants comme les autres, c’est-à-dire qu’ils seraient en fait les véritables fondateurs de la patrie. Ce discours plus qu’inquiétant est donc un total déni de l’histoire des peuples autochtones. Bien sûr, ce n’est pas par «islamisme radical» que des Premières Nations revendiquent des droits ancestraux liés à leurs territoires, mais bien parce que des abus ont eu lieu. Enfin, les propos de Laprès, à l’effet que les colons français ont construit une terre de liberté ne tiennent absolument pas compte du fait que plusieurs Autochtones ont été réduits en esclavage en Nouvelle-France, chose qui a été abondamment documentée.
Sur le mur Facebook de «La Meute», il y a de très nombreuses publications de divers individus, dont des administrateurs, provenant de journaux d’extrême-droite européens (par exemple : Riposte laïque, Dreuz info, etc.). Bref, des sources d’informations qui ont déjà un parti pris contre les immigrants, les réfugiés et les musulmans dans leurs manières de présenter les faits.
BLURLiens fucking souteuxIl y a certaines conversations qui partent de rumeurs sur les musulmans, par exemple, une femme qui se dit troublée d’apprendre que les prières de rue aient débuté à Montréal, et qui n’hésite pas à publier cette information non-vérifiée sur le mur, sa source se limitant à «une personne m’a dit que». Évidemment, le plus déconcertant est de voir que des individus croient cela et sont particulièrement choqués alors qu’ils n’ont pas pris la peine de vérifier l’information. S’ensuivent alors des échanges sur la participation du Maire Coderre à l’établissement de la charia au sein de sa ville entre plusieurs individus.
Il est impossible de dire avec certitude si les individus qui exposent ce genre de théories ont un lien quelconque avec le Front National français, mais on sait clairement que le chef du Front National québécois est présent dans le groupe et n’a pas hésité à intervenir pour présenter le Québec comme étant un territoire appartenant à la monarchie française (traduction : régime politique existant avant la Révolution française, qui a mené aux libertés civiles).
Plusieurs Français et Belges sont présents dans le groupe selon certains administrateurs et il y en a qui se manifestent dans les conversations. Le motif invoqué de leur présence serait qu’ils observent ce qui se passe ici, avec «La Meute», afin d’établir ce genre de groupe partout en Occident.

Pas de place à la dissidence
Dans le groupe, exposer ses doutes envers «La Meute» et/ou ses chefs n’est pas permis. En effet, les doutes font de vous un suspect potentiel qui ne serait pas là pour les bonnes raisons, et cela minerait le succès des objectifs du groupe, selon les administrateurs. Ceux-ci interviennent très rapidement pour le faire savoir aux individus en question. On se rend d’ailleurs BLURDire oui au chef - exclusioncompte que la confiance est demandée envers le chef du groupe, que ce soit par ses fidèles ou par l’intéressé en question, et ce, sans qu’il n’ait à rendre de comptes à personne. En d’autres mots, s’ils ne vous font pas confiance, vous prenez la porte et si vous ne leur faites pas confiance, vous prenez la porte. Cette confiance aveugle envers eux et envers Daniel Laprès contraste de manière très forte avec le niveau de suspicion qui règne sur la page entre les individus, envers l’État ou encore envers les musulmans.
La discipline est aussi un élément invoqué un peu partout à travers les discussions. En effet, lorsque des gens posent des questions sur la suite des choses pour le groupe, émettent l’envie de se mobiliser ou demandent des actions concrètes, il n’est pas rare que les administrateurs invoquent la patience, mais aussi la discipline pour que les actions à venir soient bien coordonnées et qu’elles soient une réussite.
Certains individus ont beaucoup applaudi l’aspect disciplinaire, en mentionnant que les discussions inutiles sur le fédéralisme ou le séparatisme, par exemple, divisaient le groupe, un peu comme si le débat politique était en soi une forme de désordre. Il faut d’ailleurs mentionner que l’un des administrateurs a fini par exposer une position claire du groupe sur les discussions que les gens tiennent entre eux sur le mur. Pour lui, il y a des forums où les gens peuvent aller débattre et la page du groupe ne sert pas à cela, il est donc clair que l’individu qui souhaite tenter un débat est invité à aller ailleurs que dans le groupe Facebook de «La Meute». Des individus semblaient très mal à l’aise avec cette façon de faire et le niveau de discipline demandé, une femme allant jusqu’à demander «à part que de dire oui chef, on aura d’autres droits?». La réponse est sans appel : elle est expulsée du groupe sur-le-champ, et ce, devant tout le monde.

Des liens idéologiques évidentsBLURCorvus aime PEGIDA
Des individus ont questionné la différence entre Pégida (groupe fondé en Allemagne, dont le fondateur était un néo-nazi) et «La Meute», puisque les discussions autour de manifestations contre l’«islamisation de l’Occident» avaient eu lieu sur la page ou encore étaient demandées par des partisans du groupe. M. Corvus a pris soin d’expliquer que la différence se trouve justement dans la discipline du groupe. Ainsi, il se montre en accord avec les idées de Pégida et il faut mentionner qu’il y a des liens manifestes entre les deux groupes. M. Corvus, à titre d’exemple, n’hésite pas à aller sur le mur de Pégida pour les aviser dès qu’il y a un troll dans «La Meute», et en contrepartie, Pégida n’hésite pas non plus de son côté à référer ses membres à «La Meute». Il y a d’ailleurs des membres déçus de Pégida parmi les gens qui fréquentent la page de «La Meute» et qui n’hésitent pas à critiquer le mouvement, qui n’a pas réussi à mobiliser des milliers de personnes dans la rue.
M. Corvus (qui rêve de faire sortir des milliers de personnes qui manifesteraient en quasi-parade-militaire pour se faire entendre sur la place publique) et les administrateurs du groupe ont constitué diverses cellules qui auront des rôles précis à jouer s’il devait y avoir des manifestations: cellule des gardiens de sécurité, cellule de l’aide médicale, etc. Il est même question d’une cellule informatique, pour dépister les infiltrations au sein du groupe. Ces cellules, qui peuvent donner un semblant de bonne organisation (et donc de respectabilité) pour une nouvelle organisation qui apparaît sur la place publique, n’exclut pas de devoir payer des cautions, via sa cellule juridique, ce qui peut laisser planer un doute quant à des activités criminelles potentielles lors d’actions futures. Il est encore plus troublant, dans ce contexte, de constater que le groupe souhaite s’allier auprès de gens liés à la sécurité (SPVQ, SQ, agents de sécurité de l’Assemblée Nationale, etc.).
BLURMulticulturalisme violLa question de la violence envers les femmes de la part des hommes musulmans revient à de très nombreuses reprises dans les publications ou encore les commentaires sur la page. Les événements qui se sont produits à Cologne et d’autres villes d’Allemagne, récemment, sont utilisés pour faire des associations grossières à l’effet que l’islam est lié au viol. Les discussions autour de ces événements n’emmènent aucune réflexion sur la part de responsabilité que des hommes Québécois peuvent avoir au sein de cette problématique : elles ne font que désigner un Autre qui est seul porteur de la problématique. Un des chroniqueurs du Huffington Post, Olivier Kaestlé, présent sur la page, ainsi qu’une autre femme, dénoncent les féministes d’ici pour leurs combats contre la violence que les femmes québécoises vivent au quotidien. Pire, plusieurs commentaires d’hommes sur les femmes d’ici et de leur sexualité sont tout ce qu’il y a de plus abjects, par exemple, qu’elles ne seraient pratiquement que des «jambes ouvertes», assez pour menacer la nation à partir d’une certaine génération. Cette façon d’objectifier la femme québécoise et de la réduire à un objet sexuel, et qui plus est, de la voir comme une possession nationale, ou encore une menace à la nation selon l’origine du conjoint qu’elle choisit, va clairement à l’encontre de la liberté des femmes de pratiquer leur sexualité librement, en plus de menacer clairement le droit de choisir son propre conjoint. Plusieurs femmes participent au groupe «La Meute», femmes qui prétendent qu’elles nBLURY vont coucher avec NOS femmese veulent pas de l’islam au nom des gains que les femmes ont connu ces dernières années, mais elles côtoient ce type de discours sexistes sans les dénoncer. Toujours en matière de sexualité, certains individus sur cette page remettent ouvertement en question l’homosexualité, qu’ils associent à une forme de dégénérescence. Il est même question «d’épuration» au sein de la page face aux individus homosexuels qui voudraient se joindre au mouvement.
L’activité politique du groupe est manifeste, que ce soit dans le cadre de ses appels à des manifestations contre l’islamisation (qui ne sont pas sans rappeler celles souhaitées par Pégida), mais également à travers les appels de certains administrateurs aux partisans de «La Meute» à faire des pressions sur les députés contre les réfugiés, par exemple. Il est aussi question de recruter des membres de l’Assemblée Constituante pour faire partie du groupe et de former une cellule qui aurait pour but de s’occuper des médias.
Aussi, on constate que plusieurs individus de ce groupe défendent des positions idéologiques concernant une supposée «incompatibilité culturelle» qui existerait entre le monde d’ici et le monde musulman, disant par exemple que les musulmans ne peuvent s’adapter à une vie ailleurs que dans leurs pays d’origine. ll faut aussi ajouter que la «théorie du choc des civilisations», mise sur pied par Samuel Huntington, un proche de George W. Bush, et qui fut dénoncée par de nombreux intellectuels de partout à-travers le monde, est publiée par certains individus du groupe, pour que les lecteurs de la page puissent se l’approprier. Cette théorie réduit le monde occidental et le monde musulman à deux civilisations dont les pays les constituant seraient tous homogènes et il ne pourrait qu’y avoir place à une confrontation guerrière entre ces deux mondes.
Plus le temps avance, plus certaines publications sur ce groupe sont inquiétantes. Un individu, par exemple, vérifie si un des modes d’action futur de «La Meute» pourrait être de former des milices contre les réfugiés et contre les musulmans, ce à quoi le fondateur du groupe, M. Corvus, ne répond pas non, dans le long terme. Plusieurs individus sur la page laissent savoir que ce mode d’action les intéresse, dont un autre administrateur du groupe. Une autre publication, d’origine très douteuse, émise par un des administrateurs, cette journée là, fait état de violence physique à l’encontre de réfugiés par ce qui semble être une milice d’extrême-droite, en Autriche. Plusieurs individus approuvent ouvertement «la râclée» qu’ont reçue les réfugiés.

Épilogue
Si plusieurs individus qui ont été invités au groupe ont quitté de manière immédiate, en voyant de quel groupe il s’agissait, certains d’entre eux ayant même dénoncé le groupe et ses idées, d’autres par contre, décident de rester. Les motivations peuvent être nombreuses, que ce soit par curiosité sans souscrire aux idées qui y sont présentes, ou encore pour vérifier s’ils adhèrent idéologiquement au groupe. Et l’adhésion idéologique ne veut pas nécessairement dire être prêt à se mettre en action pour «La Meute».
Néanmoins, il faut tout de même faire un constat préoccupant: si le chef du groupe disait ne pas vouloir faire d’appel à la haine ou à la violence, lorsqu’il a convoqué La Presse pour présenter son groupe, fin décembre dernier, signifiant que BLURRéfugiés font la guerreles membres de son groupe sont présents uniquement parce qu’ils ont peur de l’islam radical, la stigmatisation des musulmans qui se fait chaque jour sur la page, et ce, tant par le chef que par les administrateurs ou divers individus de la page, peut clairement avoir des impacts sur des individus plus fragiles qui sont exposés quotidiennement à ce genre de discours (qu’ils l’expriment sur la page de «La Meute» ou non). De plus, si le chef et les administrateurs de cette page disent aussi se dédouaner de toute responsabilité quant aux écrits des personnes qui viennent sur «La Meute», il est tout de même déroutant de voir que les administrateurs de cette page n’interviennent pas quand les propos dérapent dangereusement (par exemple quand un homme demande si les musulmans sont des êtres humains, quand un autre affirme qu’il aime mieux savoir que les musulmans «baisent avec des chèvres» que des femmes ou quand un individu demande si la milice est une forme d’action qui est envisagée et que le fondateur du groupe n’exclut pas l’idée).De plus, l’ardeur que certains membres du groupe mettent à grimper dans ce qu’ils appellent la hiérarchie de «La Meute», en s’impliquant dans diverses formes d’actions est également troublante. En effet, divers individus en sont rendus à se tatouer sur le corps le logo du groupe (une trace de pas de loups) par loyauté à «La Meute», action qui est grandement valorisée par les administrateurs. Il est impossible de savoir si le nombre d’individus portant le tatouage de «La Meute» est élevé, mais une chose est certaine, l’islam radical ne pourra pas se vaincre en faisant payer le prix des actes d’une minorité d’individus à des innocents, c’est-à-dire ici tous les croyants et toutes les croyantes d’une même religion. Cette lutte ne se gagnera pas non plus en niant l’histoire des peuples autochtones, ou encore, en attaquant le féminisme québécois.

***

*

*

BLURPas d'homosexuels

*

BLURSois d'accord et tais-toi

*

BLURPrières de rue

*

BLURCorvus sur la discipline et manif quasi-militaire

*

BLURcontacts SQ

*

BLURCellule juridique

*

BLURCellule logistique

*

BLURCellule médicale

*

BLURDans l'ombre

*

GAPPA regrette l’intrusion mercantile de ces publicités qui apparaissent parfois en fin d’article, et remédiera très bientôt à la situation. Merci de votre répulsion.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s